Bibliographic Information

Sourate 105 - Coran 12-21. Traductions du Coran en Europe, XIIe-XXIe siècles - Sourate s105

Original Source

Witness List

  • Witness caire:
  • Witness hamidullah:
  • Witness blachere:
  • Witness duryer:
  • Witness bibliander:
  • Witness arrivabene:

Electronic Edition Information:

Responsibility Statement:
  • Structuration des données (TEI) Paul Gaillardon, Maud Ingarao (Pôle HN IHRIM)
Publication Details:

Published by IHRIM.

Lyon

Licence

Encoding Principles

À faire.

←|→
Cairo Edition, 1924Context
X
سورة الفيل
بِسْمِ اللَّهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيمِ
1
أَلَمْ تَرَ كَيْفَ فَعَلَ رَبُّكَ بِأَصْحَابِ الْفِيلِ
2
أَلَمْ يَجْعَلْ كَيْدَهُمْ فِي تَضْلِيلٍ
3
وَأَرْسَلَ عَلَيْهِمْ طَيْرًا أَبَابِيلَ
4
تَرْمِيهِم بِحِجَارَةٍ مِّن سِجِّيلٍ
5
فَجَعَلَهُمْ كَعَصْفٍ مَّأْكُولٍ
←|→
Revised Hamidullah, 2000Context
X
L’éléphant (Al-Fil)
1
N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi envers les gens de l’Eléphant ?
2
N’a-t-Il pas rendu leur ruse complètement vaine ?
3
et envoyé sur eux des oiseaux par volées
4
qui leur lançaient des pierres d’argile ?
5
Et Il les a rendus semblables à une paille mâchée.
←|→
Blachère, 1957Context
X
Sourate CV.
L’Éléphant.
(Al-Fîl.)
Author's introductory remarks
Titre tiré du vt. 1.
Ce texte fait allusion à un récit de caractère semi-historique, sans doute fort connu en Arabie occidentale, au vii e siècle de J.-C. Vers 530, Abraha, vice-roi du Yémen pour le compte du Négus, avait tenté une expédition contre le Hedjaz. Toutefois son armée ayant été décimée par une épidémie, il avait dû battre en retraite vers le sud. Cet événement, déformé, fit donner aux Abyssins qui y participèrent le nom de ’Aṣḥâb-al-Fîl « Hommes de l’Éléphant ». On disait en effet qu’un éléphant se trouvait dans l’armée d’Abraha. Le même récit ajoutait que l’armée éthiopienne avait été attaquée par des oiseaux qui lançaient des pierres et tuaient ainsi les envahisseurs. Ce texte montre qu’à ce moment, le Prophète considère le centre religieux de la Mekke comme celui de la nouvelle religion. Le morceau est ancien ; Muir en fait même un texte datant de la période préapostolique.
Au nom d’Allah, le Bienfaiteur miséricordieux.
1
N’as-tu point vu comment ton Seigneur a traité les Hommes de l’Éléphant ?
2

Facsimile Image Placeholder
N’a-t-Il point fait tourner leur stratagème en confusion ?
3
N’a-t-Il point lancé contre eux des oiseaux, par vols,
4
qui leur jetaient des pierres d’argile,
Note [original edition] : sijjîl « d’argile ». Ce mot ne se rencontre qu’une fois et semble être un emprunt à l’iranien. Dans la sourate LI, 33, dans une phrase parallèle, ce mot est remplacé par ṭîn « argile séchée ».
    5
    en sorte que ton Seigneur en fit comme feuillage dévoré ?
    ←|→
    Du Ryer, 1647Context
    X
    LE CHAPITRE DES ELEFANS,
    contenant cinq versets, escrit
    à la Meque.
    AU nom de Dieu clement & misericordieux.
    1
    Ne considere-tu pas comme ton Seigneur
    a
    Correction of : à
    traité ceux qui venoient montez sur des Elefans pour ruiner le Temple de la Meque ?
    2
    leur conspiration n’a-t-elle pas esté leur propre perte ?
    3
    Dieu a envoyé contre eux des troupes volantes
    4
    qui ont jetté sur eux des pierres, sur lesquelles leurs noms estoient imprimez,
    5
    il les a rendus semblables aux grains semez dans un champ mangez par les animaux.
    ←|→
    Bibliander, 1550Context
    X
    AZOARA CXV
    In n. etc.
    1
    Nunquid te latet, qualiter Deus artes hominum elephantis
    2
    errore coegit,
    3
    immittens illis uolucrum multimodarum cohortes quam plurimas,
    4
    quae per nigrorum lapidum iniectum,
    5
    illos uelut tritici corticem euacuabant.
    ←|→
    Arrivabene, 1547Context
    X
    In nome di Dio misericordioso, e Pio. .CAPITOLO .LXXXVII.
    1
    Note [original edition] : Favoleggia alcune cose inaudite per mostrare di dire mirabilia.
    • [ A]
    NON SAI TU come Dio
    2
    costrense
    1
    l’arti dello huomo
    2
    con l’error
    2
    dello Elefante,
    Note [Coran 12-21, MB] :
    L’ambiguïté du texte latin (« Deus artes hominum elephantis errore coegit ») est à l’origine du sens aberrant de ce passage : le traducteur italien lit « elephantis » comme un complément d’« errore », et non d’« hominum ».
      3
      mandandogli squadre di molti uccelli,
      4
      i quali per una pietra gettata
      5
      gli votavano come grano?
      Note [Coran 12-21, MB] :
      Le traducteur semble ne pas comprendre la conclusion de cette sourate.